J'ai, pour différentes raisons, cessé mon activité, mon auto-entreprise.

Je n'ai pas pour autant eu envie de cesser d'écrire, j'ai découvert au fil de mes posts précédents que je trouvais une forme de plaisir à rédiger, à m'exprimer sur différents sujets. Ce ne sera plus sur mes déconvenues d'entrepreneur mais sur mon opinion de citoyenne.

L'actualité est riche de sujets qui font bondir et sur lesquels, donner mon opinion me démange.

Ce qui est arrivé à Paris et à Saint Denis, qui a boulversé chacun d'entre nous, fait beaucoup réagir, dans bien des sens différents. Journalistes, hommes et femmes politiques ... et de très nombreuses emissions ont été proposées sur bon nombre de chaines. Ca a eu le mérite, pour ce qui me concerne en tout cas, de comprendre le problème : son origine, ses moyens, son objectif, ses "acteurs" ...

Comprendre les évènements est nécessaire pour "savoir" quoi en faire, connaitre "l'origine d'un phénomène", comment il est né, comment et pourquoi il s'est développé, amplifié ? La plupart du temps, c'est ainsi que la société fonctionne d'autant plus quand l'horreur en est l'expression. Les hommes se demandent alors comment c'est possible, comment l'humain est capable de tels agissements et les sociétés se réveillent soudainement en se rassemblant, en manifestant silencieusement, en se promettant désormais de s'aimer et se respecter, en se mobilisant pour créer des messages d'amour, en faisant des collectes pour les enfants de victimes, en racontant à la télé à quel point ils ont été héroiques en ne faisant, finalement, que leur devoir ...Et les médias en rafolent (certains plus que d'autres) parce que l'angélisme devient soudain le remède à notre monde qui, jusqu'à ses démontrations ultra violentes croyaient vivre, semble-t-il, dans un monde merveilleux sans haine des autres, notamment les minorités plus ou moins silencieuses.

Et la vie continue, petit à petit, parfois vraiment très lentement, trop je dirai même, "le nomal" reprend le dessus .... jusqu'à la prochaine horreur et on reprendra les mêmes et on recommencera (cette année a été "riche" d'horreur, d'abord Charlie puis le Bataclan) et notre monde refera, j'en suis sûre, la même chose .... se serrer dans les bras, se promettre l'amour, le rejet de la haine ....

Quand la vie reprend, elle reprend notamment au travers de nos représentants politiques. Et là les deux sujets se rejoingnent parce que au travers de ce que les différents reportages m'ont permis d'apprendre, il y a le lien entre comportement des hommes politiques, conséquences de leurs décisions et impactes sur leurs citoyens, sauf que les hommes politiques, les citoyens les choisisent en les élisant.

C'est ainsi que j'ai mieux compris le rôle des Etats Unis dans la naissance de ce groupe, - à l'origine - de prisonniers qui, pour faire court se sont "regroupés, organisés, developper" ... pour se venger, dans un premier temps et à la base, selon moi des humiliations subies. Mais, mais ce qui m'a principalement interpellée, et ça ce n'est pas la première fois parce que je ne savais déjà avant que le lien de soit fait entre terrorisme et responsabilité des états, notamment les Etats Unis, c'est l'attitude de Georges Bush et les mensonges organisés de manière ne laissant aucune place "à l'amateurisme" c'est que ce Monsieur après ces mensonges ayant entrainé ce qu'on sait aujourd'hui et ce qui a l'époque c'est exprimé au travers des attentats du 11 septembre A ETE REELU, démocratiquement, par un peuple présenté comme la première puissance mondiale, champion des excès en tout genre ou l'individualisme et l'argent sont rois.

Quelle responsabilité pour chaque citoyen américain qui, librement, démocratiquement dépose son bulletin de vote, pour la seconde fois, pour un homme qui, clairement manipule son peuple et l'entraine sur des chemins qui impactent leur destin sans qu'ils ne soient plus capables de voir la réalité telle qu'elle est ? et que dire de Donald Trump, au plus haut dans les sondages alors que le monde s'offusque de chacun de ses propos toujours plus provocateurs ? 

Ce que moi j'en pense c'est que le citoyen américain n'est plus en mesure de penser par lui même, de regarder la réalité autrement que par le petit bout de la lorgnette, sans mesurer les conséquences à plus long terme et plus largement que pour le compte de son petit nombril. S'armer pour se défendre sans regarder le nombre croissant de tuerie qui endeuille régulièrement le pays, faire le show à la télé sur tous les sujets mais surtout sur les sujets les plus futiles, les plus provocateurs pour faire de l'audience et monter les quotes de popularités parce que ce qui prime dans ce monde c'est ça. L'intérêt d'une personne ne se mesure plus au sens de ses actions, les vedettes ne sont plus Martin Luther King ou Rosa Parks, les vedettes sont sur Youtube - et ça dans tous les pays - a faire le buzz sur des motifs totalement vides de sens mais c'est ça qui marche, c'est de ça que nos sociétés se nourissent, c'est ça qui fait vibrer une partie de notre jeunesse : faire le buzz sur internet, devenir célèbre en faisant n'importe quoi et souvent devenir riche pour ça. Plus besoin d'être méritant, plus besoin d'être exemplaire ... il suffit souvent d'être le plus ridicule possible pour séduire.

Est ce l'époque qui veut celà ? faut-il s'y plier parce que le monde change et que ne pas s'adapter serait refuser le progrès ? est ainsi que l'on va "éduquer" nos enfants, leur donner la vision d'un certain objectif pour construire sa vie selon un sens propre, selon des valeurs du vivre ensemble qui ne ressort que lorsque les hommes s'entretuent de manière violente ?

Je regardais OPC hier soir, il y avait Monsieur Le Foll et Natacha Polony qui débattait de ce que fait ce gouvernement pour la jeunesse de notre pays. Cette jeunesse qui avait été mise en avant lors de la campagne de François Hollande comme l'une de ses priorités. A la question de ce que ce gouvernement fait pour cette jeunesse, Monsieur Le Foll a répondu par la mise en place d'allocations, très bien, on a beaucoup de chance, il parait, dans ce pays d'avoir des aides diverses pour survivre (aides par ailleurs, comme beaucoup de choses dans notre pays, très décriées comme couteuses et surtout données à des fénéants - c'est honteux mais comme ça). Bravo, merci le gouvernement mais de quoi a besoin la jeunesse, comme les plus vieux d'ailleurs, pas d'allocations mais de perspectives, de voir l'avenir comme une porte ouverte pas une porte fermée et c'est de ça que manque les gens (jeunes ou vieux). La ou je trouve la situation délicate c'est qu'on attend que les gouvernements fassent tout, trouvent toutes les solutions. Un partie leur incombe mais les recruteurs aussi doivent se remettre en question sur bien de sujets :

Que dire de offres d'emploi qui exigent X années d'expérience dans tel domaine, tel diplôme pour des postes souvent très "basics", une lettre de motivation, des références ....J'ai eu ma période "demandeur d'emploi", ce qu'il faut savoir, la réalité c'est que les offres ne manquent pas mais que cherchent les recruteurs ? d'abord, on élimine les tranches "premier emploi", sans expérience tu n'as aucune valeur (est ce qu'on voit la problématique ?), ensuite, on élimine les tranches sur lesquels on a des préjugés (consonnance de nom qui ne plaisent pas, adresses dans des quartiers dont la réputation seule dicte l'opinion à se faire), on élimine aussi les "vieux", les personnes en recherche d'emploi, souvent, surtout si ça fait plusieurs mois qu'ils cherchent (au bout d'un certain nombre de semaine de recherche on deviendrait mauvais ...et on met dans les cases, du genre, tu as été assistante de direction, par exemple dans le domaine immobilier, il est évident que tu ne dois pas savoir toute mettre les compétences acquises au service d'un poste dans le juridique par exemple, évidemment.

Ensuite, la presse va vous faire savoir que des milliers d'offres d'emploi ne sont pas pourvues faute de candidats. On pourrait croire que ces postes sont des postes "qualifiés", pas du tout, du travail à la portée de bonne volonté qui le souhaite, alors c'est quoi le problème dans ce cas là ? le salaire peut-être ? la difficulté de l'organisation du temps de travail (je pense notamment à des emplois de femme de ménage ou les heures sont données au compte goutter, chez plusieurs clients, parfois avec des trajets entre les interventions (trajets pas toujours payés) ... le tout pour une salaire de misère qui permet de survivre, sans aucune dignité.

Alors évidemment le sujet est vaste et complexe, il n'y a pas une seule solution mais des solutions "testées", comme par exemple la baisse de la TVA pour les restaurateurs qui devaient entrainer la baisse des prix et des embauches, résultats communiqués il y a peu : pas d'embauche, pas de baisse de prix et là qui n'a pas joué le jeu ? les patrons, les recruteurs.

Je ne défends pas les gouvernements, je dis juste que les responsabilités, sur bien des sujets, est global, commune et que tant que le monde tournera, comme il tourne et à mon sens ça va en s'aggravant, ça ne s'améliorera pas.

Un dernier point de discussion hier sur le plateau de OPC, qu'est ce que les parents d'aujourd'hui "enseignent, partagent" avec leurs enfants (la plupart, surtout dans les grandes villes) ? evidemment j'exagère, mais c'est une réalité  le partage d'un moment en famille a fait place à l'échange exclusif qui s'opère etre un jeune et son ordinateur, son téléphone, internet et ce qu'il peut y exprimer et/ou y rechercher pour trouver sa place dans son échange avec le reste du monde, un sens a ce qu'il vit ou cherche pour se faire valoir, pour se donner une valeur.

Et ce sont les parents les plus mal "équipés", les moins "armés" pour agir qui s'y adonnent. Moins notre vie de parent a de sens, plus on "démissionne" et compense notre absence par des appareils qui permettront une vie virtuelle. On n'a plus la force d'aller faire une balade avec ses enfants, on a plus la motivations de partager un jeu de société ou de cuisiner un plat en famille, on baisse les bras et on va "au plus facile"