Ce blog est à priori dédié à relater mon expérience d'entrepreneure.

Les évènements actuels et ce que je constate m'amène à faire part de mon point de vue de citoyenne.

Je suis effarée de ce que je constate.

Tout d'abord, ce matin dans la ville que j'habite. Tôt, j'ai été réveillée par le bruit des hélicoptères et les sirènes des voitures de police qui se rendaient dans le centre ou se déroulaient les évènements. Mon fils, policier m'a envoyé un sms très tôt pour m'informer ce qui a fini par me réveiller complètement, j'ai allumé la télé vers 6 h 45, seule BFM diffusait ... en direct.

Quelle bande de rapaces, mais que les gens sont débiles ! des journalistes ça ? mais de quelle cathégorie ? que sont ces questions posées qui n'ont rien à voir avec de l'information mais putôt avec du spectacle morbide visant à faire le buzz et certainement pas à informer. Que dire des citoyens du secteur, entendu à la radio ou vu à la télé qui font des vidéos, appellent en direct pour raconter aux chaines tels des reporters d'un jour avec l'appétence d'un vautour ce qu'il se passe, en live. Et enfin que dire de ces gens stupides qui n'ont aucune raison de sortir mais qui le font comme s'ils allaient assister à un spéctacle de rue sans même réaliser le danger mais surtout la gêne pour le travail des forces de l'ordre.

Mais qu'est ce que ces gens ont dans la tête ? comment peuvent-ils perdre à ce point leur simple bon sens, théoriquement à la portée de chacun sans formation particulière ?

Et ça tourne en boucle, sur une chaine, comme sur les autres, de manière plus ou moins intelligente, de manière plus ou moins professionnelle mais la sensation globale est tout de même : à qui mieux mieux ! Les questions d'abord, racontez nous ? qu'avez vous vu, entendu ? le plan de la ville est décortiqué sur le moindre centimètre carré ...... et ça tourne, en boucle ....de cette façon, les gens sont incités, encore une fois, à devenir les vedettes du jour et en paralèle "il ne faut pas sortir de chez vous".

Il est vrai que le spectacle de la mort, de la violence, de l'insupportable fascinent, de plus en plus semble-t-il. Pas vraiment en fait, pas de plus en plus mais la façon dont le monde tourne désormais accentue ce "nouveau type de comportement". Desormais, on film, on photographie, on communique, on transmet en quelques clics, tout va très vite. La jeunesse grandit avec la télé-réalité et s'imagine devenir riche et célèbre grâce à une pair de gros seins, pour une video débile sur youtube, on fait le buzz avec tout et surtout n'importe quoi, plus c'est stupide plus c'est regardé et plus c'est regardé plus c'est déclaré comme "génial" et la surenchère prend de l'ampleur.

Et que dire de l'émotion liée aux attentats, des discours des uns et des autres sur les belles résolutions d'après évènements, des rassemblements de population, de la prétendue "leçon" à tirer pour se serrer les coudes, s'aimer et se respecter les uns les autres. Que c'est beau ces foules qui se rassemblent pour chanter la marseillaise, se recueillir et "se promettre" l'union pour faire face à l'ennemi.

Mais pourquoi les gens attendent-ils de tels drames pour se rassembler, se poser des questions sur leur relation à leur voisin ? combien de temps tiennent les résolutions ?

J'ai personnellement vécue une expérience très particulière en 2010, j'ai frolé la mort, passé trois semaines dans le comas, quatre mois à l'hopital. J'ai appris, une fois mes esprits retrouvés que "des disputes" avaient éclatés entre mes amies - plus ou moins proches - parce que plusieurs d'entre elles voulaient être présentes à mes côtés quand j'étais en réanimation, or en réanimation l'accès aux personnes extérieures est limité. Plusieurs ce sont donc fritées pour être là à me regarder, intubée, les yeux fermés entre la vie et la mort ... bref, pour être au premier rang du spectacle ? mais non me direz vous, pour être là près de moi tout simplement. Peut-être mais ce qui a suivi m'amène à penser que, en ce qui les concerne de façon inconsciente bien sûr, je n'étais pas loin de la réalité.

Pendant ma convalescence qui a duré quelques mois à l'hôpital, j'ai eu des visites du soutien par des appels téléphoniques, des messages divers ... Puis je suis rentrée à la maison et petit à petit les spéctateurs se sont faits de moins en moins présents jusqu'à disparaitre totalement pour certaines. Et oui, le spectable était terminé plus grand chose à voir de spécaculaire si ce n'est ma descente vers le néant. Plus de travail donc une vie sociale réduite, donc des relations quasi inexistantes ...

Quand je vois ce qui se passe, quand je vois ces gens mourir de façon si violente que ça ne peut que soulever le chagrin, la désapprobation, la révolte, la colère de toute une nation, voire du monde et heureusement, je ne peux m'empêcher de ramener ça à ce que j'ai vécu en constatant que malheureusement l'humain n'est pas ce qu'il essaie de faire croire qu'il est.

On se fait croire, encore une fois par des rassemblements, par des paroles qu'on est humain mais quels humains ? pour combien de temps ? jusqu'à quel autre évènement dramatique ? les humains ne sont-ils humains que lorsqu'il constate à quel point leurs semblables peuvent être inhumains ? faut-il des morts pour que l'humanité se rende compte de la violence dans laquelle elle fait grandir ses enfants ? oui malheureusement oui mais pas de manière durable, pas sans avoir oublié de montrer son côté abject, stupide dans la façon de relater les évènements (les journalistes, les témoins ...), dans sa présence aujourd'hui mais pas demain.

J'ai parfois l'impression d'être une vieille conne, pourtant je ne crois ni être conne et pas encore trop vieille mais ce qui est sûr c'est que je comprends de moins en moins ce monde dans lequel j'ai pourtant fait venir deux enfants parfois je me dis que c'est très irresponsable de continuer à mettre au monde ceux qui devront affronter ce qui s'y passe de si moche.